Accueil / Actualité / Test : le Moto G, de la puissance dans de l’entrée de gamme

Test : le Moto G, de la puissance dans de l’entrée de gamme

Avec l’aide de Google, Motorola est venu sur le marché des smartphones avec de belles idées, comme celle de redéfinir l’entrée de gamme. Non pas par le prix, mais plutôt par ce qu’on y trouve : on a ainsi déjà vu récemment le Moto E se montrer particulièrement intéressant pour un peu plus de 100€, mais il n’est pas tout seul, car il est en effet accompagné du Moto G.

Le Moto G, on le connaît déjà depuis 2013, mais il est ressorti récemment en version compatible 4G, ce qui devrait intéresser tout particulièrement les amateurs de vitesse de téléchargement. Le Moto G 4G reste un smartphone d’entrée de gamme, mais a-t-il à rougir devant la concurrence plus haut de gamme, plus onéreuse et plus puissante ? Réponse dans ce test !

La boîte du Moto G

Spécifications

Vous connaissez les habitudes de la maison : avant toute chose, faisons un petit tour du côté des spécifications du Moto G 4G, afin de savoir à l’avance à quoi nous en tenir. On a donc :

  • un écran de 4,5 pouces pour une résolution de 1 280 × 720 (329 ppp) ;
  • un processeur Qualcomm Snapdragon 400 quad-core cadencé à 1,2 GHz accompagné d’un GPU Adreno 305 à 450 MHz ;
  • 1 Gio de mémoire vive ;
  • 8 Go de mémoire pleine ;
  • un port de cartes microSD (jusqu’à 32 Go) ;
  • un objectif principal de 5 mégapixels avec flash LED ;
  • une caméra frontale de 1,3 mégapixels ;
  • Une compatibilité Wi-Fi 802.11 b/g/n, Bluetooth 4.0, 4G ;
  • Android 4.4.2 KitKat ;
  • une batterie de 2 070 mAh ;
  • des dimensions de 65,9 × 129,9 × 11,6 millimètres ;
  • un poids de 144 grammes ;
  • un prix de 199€ nu.

Le Moto G peut être trouvé en deux coloris, à savoir les habituels noir et blanc. Il est équipé d’un voyant de notification sur le haut de la façade et est résistant à l’eau comme à la poussière.

Côté boîte, son contenu est légèrement différent de celle du Moto E. On trouvera bien sûr les petits guides habituels ainsi que le kit mains libres mais aussi un chargeur quelque peu inhabituel puisqu’il ne permet pas de transférer des données sur un ordinateur : au contraire du Moto E qui n’offrait qu’un câble de synchronisation, le Moto G ne propose qu’un câble de chargement sur une prise électrique. Dommage.

Le contenu de la boîte du Moto G

Design et ergonomie

Le design du Moto G est assez proche de celui du Moto E. On retrouve le haut-parleur bien visible en haut de la façade, accompagné de la caméra frontale. Le bas de cette même façade est peut-être un peu trop épais : on trouve un bord noir de près d’un centimètre et demi d’épaisseur là où la moitié aurait suffi pour compenser l’arrondi, c’est peut-être un peu trop.

Le Moto G est proche du Moto E

On reste encore une fois avec des tranches épurées avec un côté gauche vide opposé au droit contenant les boutons de mise sous tension et de contrôle du volume. Par ailleurs, la tranche du bas contient le port microUSB 2.0 et celle du haut arbore la prise jack.

Le dos du Moto G est toujours aussi élégant. Par rapport à celui du Moto E, on peut voir un haut-parleur en plus, ainsi que le fameux flash LED. Pour le reste, c’est identique. On a donc un dos arrondi et doux, ce qui fait que le Moto G est agréable à prendre en main, mais moins pratique une fois posé sur une table.

Le dos du Moto G, doux et arrondi

Le pouce atteint sans effort le coin supérieur opposé à notre main et les boutons sont sensibles juste ce qu’il faut. Côté prise en main, le Moto G est un très bon produit.

C’est encore une fois à l’intérieur que l’on retrouvera les différents ports, au nombre de deux : le port de carte microSIM et le port de cartes microSD. À noter que la batterie n’est toujours pas amovible sans tout casser.

L'intérieur du Moto G

Expérience utilisateur

L’écran du Moto G est équipé d’une résolution HD 720p. Nous n’allons donc pas dans l’inutile avec du 1080p sur 4,5 pouces, mais nous gardons cependant une excellente finesse dans les détails. De plus, le rendu des couleurs est très bon, ce qui permet d’affirmer que l’écran du Moto G est vraiment de très bonne qualité.

Avec son processeur quad-core, le Moto G dispose d’une bonne petite puissance et peut se permettre de ne pas faire attendre l’utilisateur qui souhaite lancer une application, quelle qu’elle soit. Le Moto G est fluide et ne souffre d’aucun ralentissement, ce qui est particulièrement agréable, vous en conviendrez.

Le Moto G, allumé dans toute sa splendeur

Idem pour la vidéo : le Moto G fait tourner depuis peu Spotlight Stories, une application à la base conçue pour le Moto X et ayant pour but de fournir des vidéos interactives. C’est ainsi l’utilisateur qui place la caméra et change le point de vue via l’accéléromètre. On pourrait se dire qu’un tel système est assez lourd, mais le Moto G le fait tourner sans broncher et, là encore, aucun ralentissement n’est à signaler lors de la lecture.

L’autonomie du Moto G est un peu en-dessous de celle du Moto E, même si elle reste assez bonne tout de même : on tient facilement une journée avec le Moto G, avec une utilisation pas forcément attentionnée (sans tomber dans l’intensif non plus, évidemment).

D’ailleurs, comme le Moto E, le Moto G intègre un économiseur de batterie qui s’active dès que cette dernière devient un peu trop faible, ce qui permet de tenir un peu plus longtemps en coupant certains systèmes. On n’a bien sûr pas autant de sursis qu’avec le mode ultra économiseur d’énergie du Samsung Galaxy S5 mais, tout de même, c’est plutôt pas mal.

Le Moto G en main

En ce qui concerne la surcouche de Motorola, elle est très discrète et est en fait exactement la même que sur le Moto E avec le lanceur simplifié, Alerte, Assist, Migrate et l’application de caméra, donc on n’y reviendra pas.

La caméra est d’ailleurs le gros point faible du Moto G : il permet de prendre de bonnes photos, mais ne va pas beaucoup plus loin et il ne faut pas s’attendre à une qualité exceptionnelle. Le mode HDR est cependant assez intéressant et permettra de prendre de meilleurs clichés que la normale dans un environnement un peu trop sombre. Comme à l’accoutumée, voici quelques photos qui ont été prises avec le Moto G, histoire que vous puissiez juger par vous-même.

A propos de Yannic

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*